Assurance à 100% sur une tête et 0% sur l’autre : est-ce conseillé ?

Temps estimé de lecture : 2 min

Lorsque vous signez une offre de prêt, la banque vous demandera d’y adosser une assurance de prêt immobilier, aussi appelée assurance emprunteur. Si vous empruntez en couple, vous avez l’obligation de vous assurer à 100 % minimum.

 

Les avantages de l’assurance emprunteur pour un couple

L’assurance emprunteur couvre l’assuré en cas de décès, de PTIA Perte Totale et Irréversible d’autonomie et d’invalidité. Sous conditions, et moyennant paiement supplémentaire, elle peut aussi couvrir l’interruption temporaire de travail ou encore la perte d’emploi. La banque, quant à elle, va généralement exiger une couverture minimale pour vous accorder votre crédit immobilier. Dans la plupart des cas, il faut donc s’assurer à 100 % minimum pour le décès et la PTIA. Quand l’emprunt est réalisé par un emprunteur et un co-emprunteur, la quotité totale d’assurance peut donc aller de 100 à 200 %.

En assurant une tête à 100 % et une autre à 0 %, on respecte donc l’exigence des banques. Cela peut permettre également des économies supplémentaires, si la personne assurée à 100 % est jeune et en parfaite santé, alors que son conjoint rencontre des difficultés pour s’assurer à tarifs attractifs par exemple. En revanche, il faut bien être conscient qu’il s’agit d’une répartition déséquilibrée des quotités d’assurance. Si le conjoint assuré à 0 % décède, le conjoint survivant devra continuer à payer la totalité du prêt immobilier. Même dans le cas où seulement une des personnes au foyer travaille, ce n’est pas conseillé.

 

Une répartition des quotités d’assurance équilibrée est préférable

Quand on choisit la répartition des quotités d’assurance entre l’emprunteur et le co-emprunteur, on ne doit pas le faire arbitrairement, mais en tenant compte des revenus de chacun. Dans le cas où une personne est au foyer, elle n’a certes pas de revenus issus du travail, mais s’occupe néanmoins de la vie quotidienne, comme le ménage, les enfants, les repas, l’administratif, etc. Si elle vient à décéder sans être assurée, il y a de fortes chances pour que le conjoint restant doive ralentir son activité afin de pouvoir gérer son ménage. Ainsi, il pourra lui devenir difficile d’assumer la totalité des échéances de prêt. Une quotité de 80 % sur une tête et 20 % sur l’autre est déjà préférable.

Lorsque les deux conjoints travaillent, il est conseillé de choisir une répartition des quotités d’assurance en accord avec les revenus de chacun. Si par exemple Madame gagne 2 000 euros par mois et Monsieur 3 000, une quotité de 40 % sur Madame et 60 % sur Monsieur représente un partage équilibré. En cas de revenus sensiblement identiques, une répartition 50 / 50 est idéale. Enfin, les emprunteurs pourront préférer se protéger mutuellement en optant pour une couverture d’assurance de prêt immobilier à 200 %, 100 % sur chaque tête.

Bien choisir ses quotités d’assurance de prêt immobilier

AFR financement, cabinet de courtage spécialiste du crédit immobilier, vous aide à obtenir votre prêt et votre assurance emprunteur dans les meilleures conditions possibles. Experts en matière d’assurance de prêt, nous saurons négocier pour vous les meilleurs tarifs en choisissant une répartition équilibrée sur chaque tête, pour préserver vos intérêts.

Trouvons le meilleur taux et les meilleures conditions pour votre projet immobilier. 4 minutes, c'est gratuit et sans engagement !

Taux à partir de 0,68% sur 15 ans*

4,8 clients sur 5 satisfaits

Prêt immobilier, taux de crédit, simulation de prêt, vous pouvez souffler, on va rugiiiir pour votre projet !

*Taux fixes obtenus par les agences AFR financement sur la période à consulter ici. Résultats soumis à la nature du projet immobilier. Consultez tous nos taux ici.
Vous avez manqué quelque chose ?

Les experts afr financement répondent à vos questions  !

Plutôt être un lion qui rugit qu’un chat qui ronronne

Retrouvez les avantages de notre réseau de centres de courtage en crédits et complétez la team afr financement !

Oui oui, je veux !
Retour en haut