Assurance emprunteur après un cancer : comment ça marche ?

Temps estimé de lecture : 2 min

L’assurance emprunteur est systématiquement demandée par les banques pour se prémunir contre les risques d’impayés, notamment en cas de pertes de revenus ou décès de l’assuré. Le cancer étant considéré comme un risque aggravé de santé par les assureurs, il peut être délicat de trouver une assurance de prêt immobilier après sa survenance, mais pas impossible.

 

Cancer et assurance emprunteur : quand l’assureur accepte le risque

Afin d’améliorer l’égalité d’accès à l’assurance emprunteur, le législateur a introduit le principe de droit à l’oubli pour l’assuré ayant eu un cancer. Ainsi, si toutes les maladies remontant à plus de 10 ans n’ont pas à être déclarées à l’assurance, celles survenues avant 21 ans n’ont pas à être déclarées si elles remontent à 5 ans ou plus. Concernant les cancers, le délai de droit à l’oubli a été revu à la baisse. Font ainsi l’objet d’un droit à l’oubli réduit les mélanomes, le cancer de la thyroïde, le cancer du testicule, le cancer du sein et le cancer du col de l’utérus, à condition que le protocole thérapeutique soit achevé et que l’assuré n’ai pas rechuté.

C’est ainsi que l’accès à l’assurance emprunteur s’est fortement démocratisé pour les personnes ayant eu un cancer. On estime aujourd’hui à plus de 80 % le nombre de dossiers acceptés dans le cadre de l’assurance de prêt immobilier, malgré la déclaration du cancer. Le plus souvent, l’acceptation se fait sans surprime mais avec limitation de garanties. Plus rarement, le dossier donne lieu à une surprime mais est tout de même accepté. Enfin, reste environ 20 % des emprunteurs qui se voient refuser l’assurance de prêt immobilier en raison de leur cancer, même s’ils sont en rémission.

 

Cancer et assurance emprunteur : quand l’assureur refuse le risque

En cas de refus de l’assureur, l’emprunteur peut demander aux médecins des compagnies d’assurance la motivation de leur décision. Cela peut permettre de mieux comprendre le dossier pour éviter d’autres refus à l’avenir. S’il y a un co-emprunteur, il est également possible de répartir les quotités d’assurance différemment de façon à faire peser en priorité le risque sur la personne n’ayant pas eu de cancer. Enfin, il est essentiel de bien comparer les offres d’assurance emprunteur entre elles. Un refus n’est pas annonciateur du refus de la concurrence.

Pour ne pas compromettre son accès au crédit immobilier, l’emprunteur peut donc solliciter les compagnies d’assurance de son choix, les grilles tarifaires et l’acceptation du risque résultant d’une politique interne propre. Grâce à la délégation d’assurance, il est possible de choisir une assurance externe à celle proposée par la banque. En cas de nécessité, la convention AERAS (s’Assurer et Emprunter avec un Risque Aggravé de Santé) permet de trouver une alternative à l’assurance emprunteur.

Assurance emprunteur : trouver une couverture malgré un cancer

Il peut être long et éprouvant de rechercher soi-même une assurance emprunteur alors que l’on a été victime d’un cancer. Pour accélérer les choses, éviter le stress et trouver les meilleures garanties, un cabinet de courtage tel qu’AFR financement peut être mandaté pour s’assurer plus simplement au meilleur coût.

Trouvons les meilleures conditions et avantages pour garantir votre sérénité et faire des économies. 1 minute, c'est gratuit et sans engagement !

4,8 clients sur 5 satisfaits

Bien plus qu'un taux, nous allons rugiiiir pour votre projet ! Prêt immobilier, assurance emprunteur, niveaux de garanties... vous allez souffler.

Vous pouvez retrouver le détail de notre offre Assurances en cliquant ici.
Vous avez manqué quelque chose ?

Les experts afr financement répondent à vos questions  !

Plutôt être un lion qui rugit qu’un chat qui ronronne

Retrouvez les avantages de notre réseau de centres de courtage en crédits et complétez la team afr financement !

Oui oui, je veux !
Retour en haut